Lors de la MANIFESTATION CONTRE LA LOI TRAVAIL du 26 mai 2016, des pneus ont été incendiés place de la gare à Amiens et les voies de chemin de fer ont été entravées. Sur les CENTAINES DE MANIFESTANT.E.S présent.e.s, cinq ont été choisis pour assumer ces ACTIONS COLLECTIVES et se retrouvent réduits au rôle de violents irresponsables, CONDAMNÉS en première instance au versement d’une SOMME FARAMINEUSE de dommages-intérêts assortie au pénal de prison avec SURSIS et de « Travaux d’Intérêt Généraux », le tout, synonyme de leur mise au ban de la société.
Et pourtant, ces personnes déclarées coupables de dégradations ont agit en réponse à la BRUTALITE D’UNE LOI qui fragilise le statut de tou.te.s les salarié.e.s et, plus généralement, l’ensemble de notre société. Le comité de soutien interluttes 80 appel le chaque citoyen conscient du déséquilibre entre les faits et les condamnations à participer au rassemblement qui aura lieu devant le tribunal le 6 mars, jour de leur passage en cour d’appel pour soutenir Arnaud, Axel, Jules, Romain et Rudy.

Share